QUI EST CE

bonsoir les matunisiens,bon un nouveau petit jeu, il s’agit de decouvrir la personnalité d’apres les indices donnés.!
ce jeu est ouvert à tous ,c’est à dire tout le monde a la possibilité de proposer une personnalité…!
je commence
.

les indices.:
** son prenom signifie l’incomparable.
**son pere l’appelait PINKIE
**sa fin fut tragique, assassinée.
**elle s’exile à londres en 1984.
**elle a dit: ON PEUT TUER UN HOMME MAIS PAS UNE IDEE..!

QUI EST CE…..?

suite

Repondre a ce sujet sur le Forum Tunisie

Un film sur Attouga

A posté une image

tuniscope

Le réalisateur Mondher Nemri se penchera, prochainement, sur un nouveau documentaire qui relate la biographie de la légende du football tunisien et arabe, Sadek Sassi, alias Attouga.

Le film dévoilera des détails cachés de la vie privée et sportive de l’idole avec des documents et des témoignages inédits et exclusifs. Le réalisateur a eu l’accord de plusieurs figures sportives tunisiennes et arabes pour donner leur témoignages concernant Attouga qui posséde une carrière glorieuse au sein de son équipe le Club Africain et l’équipe nationale.

D’après une source sûre, le tournage débutera, en novembre prochain.

A posté une image

Voir l’article complet sur le Forum

forum

Forum TunisieVol Tunisie

L’affaire Grégory relancée:deux traces ADN découvertes sur les scellés

A posté une image

Un quart de siècle après la découverte du corps du petit Grégory dans les eaux de la Vologne (Vosges), l’expertise des scellés, confiée depuis cinq mois à un laboratoirelyonnais, a montré la présence de deux traces ADN sur un timbre et unelettre envoyée à la famille. Ces traces d’ADN sont celles d’un homme etd’une femme, a expliqué jeudi le procureur général de la cour d’appelde Dijon Jean-Marie Beney, confirmant une information du Parisien/Aujourd’hui en France . Cette lettre avait étéadressée par le corbeau à Albert Villemin, le grand-père de Grégory, enjuillet 1985, soit neuf mois après la découverte du corps du garçonnet.Selon le procureur général, l’auteur de la lettre affirmait : « Je vousferai la peau à la famille Villemin ».

Le rapport d’expertise des scellés doit être remisjeudi au président de la chambre de l’instruction de la cour d’appel deDijon, Jean-François Pontonnier. Ce dernier aura alors « tout loisir,après en avoir pris connaissance, d’en avertir les différentesparties », relève le procureur général.

Les parents de Grégory, Jean-Marie et ChristineVillemin, avaient saisi en 2008 le procureur général de Dijon endemandant la réouverture de l’instruction, pour une nouvelle recherched’ADN. Jean-Marie et Christine font alors valoir que, en vingt-quatreans, les progrès de la science ont évolué, notamment dans le domaine dela génétique. Depuis mai dernier, le laboratoire Biomnis (ex-Mérieux) amanipulé les vêtements que Grégory portait le jour de son assassinat.Les cordelettes entourant ses pieds et poignets, une seringue et unconditionnement d’insuline trouvés sur les lieux, des enveloppes, deslettres et timbres du corbeau ont également été passés au crible. Lesexperts ont aussi retrouvé l’ADN identifiable du petit Grégory sur lamanche de son anorak.

Cette découverte est susceptible de relancer l’enquêtesur ce fait divers, sans doute le plus médiatisé du XXe siècle, qui adonné lieu à un fiasco judiciaire et médiatique débouchant surplusieurs réformes de la procédure pénale.

lepoint.fr

Voir l’article complet sur le Forum

forum

Forum TunisieVol Tunisie

Gaza: le Conseil des droits de l’homme de l’ONU approuve un rapport dénonçant des crimes de guerre

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté vendredi une résolution initiée par les Palestiniens et qui approuve le rapport Goldstone dénonçant des crimes de guerre commis par Israël et les Palestiniens lors du conflit à Gaza l’hiver dernier.

Le vote a été approuvé par 25 voix pour, 6 contre et 11 abstentions, « en conséquence il est adopté », a indiqué le président du Conseil des droits de l’homme.

La mission Goldstone est arrivée à la conclusion que des actes assimilables à des crimes de guerre et peut-être par certains aspects à des crimes contre l’humanité ont été commis par les Forces israéliennes de défense

C’est la première fois que l’Etat d’Israël, c’est-à-dire ses dirigeants et pas sa population, responsables d’un Etat et non d’une religion, sont officiellement mis en cause pour des crimes contre l’humanité.

C’est d’un coté 1 400 morts, de l’autre 2…

M. Goldstone a cité celui de l’attaque au mortier d’une mosquée dans la ville de Gaza, au moment où plusieurs centaines de personnes étaient réunies pour la prière, qui a entraîné la mort de 15 d’entre elles. Pour justifier cette attaque, le Gouvernement israélien et les Forces de défense israéliennes ont invoqué le fait que la mosquée était utilisée pour abriter des membres de groupes armés à Gaza et pour stocker des armes. « Après avoir interrogé plusieurs personnes, nous avons conclu qu’il n’y avait pas de militants qui s’y étaient abrités ». Même en supposant qu’ils étaient présents dans cette congrégation et que des armes étaient cachées dans la mosquée, cela ne peut pas justifier l’attaque de la mosquée et des centaines de civils, a estimé l’expert.

Pour comprendre l’impact des attaques israéliennes sur l’économie et les infrastructures, nous avons examiné les effets du long blocus qui a été imposé par Israël dans la bande de Gaza pendant tant d’années, a assuré le juge Goldstone. La mission a par exemple enquêté sur la destruction de l’usine de farine, a-t-il indiqué, signalant aussi qu’une grande partie de la production d’œufs à Gaza a été détruite et que 10 000 poulets ont été éliminés par les tirs israéliens. Ces destructions ne peuvent pas être fondées sur le droit international, a estimé la mission.

Le rapport détaille aussi les nombreuses violations des droits de l’homme commises en Israël, en Cisjordanie et à Gaza. Il signale les assassinats, les actes de torture et les détentions constatés dans ces zones.

Répondant à une question sur l’immunité dont bénéficie Israël depuis de nombreuses années grâce au veto des États-Unis au Conseil de sécurité, le juge Goldstone a émis l’espoir que le Conseil traiterait cette question de façon positive. « Je serai déçu que le Conseil de sécurité n’adopte pas une résolution pour demander des enquêtes et des rapports », a-t-il dit.

Source Le point et 20minutes

Voir l’article complet sur le Forum

forum

Forum TunisieChat Tunisien

Les dix Nobel de la paix les plus marquants

A posté une image

1901 – Jean Henri Dunant. Le comité norvégien décerne son premier Nobel de la paix au fondateur suisse de la Croix Rouge et initiateur de la Convention de Genève. Dunant reçoit le prix conjointement avec Fréderic Passy, créateur de la première société française pour la paix. A trois reprises, en 1917, 1944 et 1963, le comité international de la Croix Rouge récoltera le Nobel de la paix. C’est le seul lauréat, avec le haut commissariat pour les réfugiés de l’ONU, à avoir été primé plusieurs fois.

A posté une image

1964 – Martin Luther King. Le pasteur baptiste noir américain, apôtre de la non-violence, revendique l’égalité des droits et l’amélioration des conditions de vie des Noirs. Il organise notamment de vastes rassemblements pacifistes. Le plus célèbre a lieu en 1963 à Washington, Luther King y prononce son fameux discours « I have a dream ». Ses actions portent leurs fruits. Une loi sur les droits civiques abolissant la ségrégation raciale dans les écoles et dans le monde du travail est promulguée. Luther King est assassiné, à 39 ans en avril 1968, par un repris de justice blanc sur le balcon du Lorraine Motel à Memphis.

A posté une image

1973 – Henry Kissinger et Lê Duc Tho. Le secrétaire d’Etat américain et le délégué nord-vietnamien sont honorés pour les accords de Paris (photo) qui tentent de mettre fin à la guerre du Vietnam et consacrent le retrait des troupes américaines. La récompense fait scandale, deux membres du comité démissionnent. Kissinger n’est qu’un récent partisan de la paix au Vietnam. Lê Duc Tho, qui prépare l’offensive contre le Sud, refuse le prix :« la paix n’a pas été réellement rétablie au Vietnam ». Le cessez-le-feu est rapidement violé. Les communistes du Nord et l’armée Sud-Vietnamienne continueront à s’affronter jusqu’à la défaite du Sud, en 1975.

A posté une image

1979 – Mère Teresa. La religieuse d’origine macédonienne entre comme novice chez les sœurs de Lorette en 1928, à 18 ans. L’année suivante elle est envoyée en Inde, à Calcutta où elle enseigne pendant 20 ans. Elle y découvre la grande pauvreté. Sans fonds, elle ouvre sa première école en plein air dans les bidonvilles et vit parmi les plus pauvres. En 1950 elle fonde l’ordre des Missionnaires de la charité pour venir en aide aux déshérités. Décédée en 1997, elle a été béatifiée en 2003. Le Vatican a retenu la guérison « miraculeuse » d’une Indienne atteinte d’un cancer. La proclamation de sa sainteté est maintenant suspendue à la reconnaissance d’un nouveau miracle.

A posté une image

1989 – Le Dalai lama. Le comité norvégien distingue son combat non violent pour l’autonomie du Tibet. «Sa Sainteté» s’est enfui de cette province chinoise en mars 1959 après l’échec d’un soulèvement contre Pékin et vit depuis en exil en Inde. Pragmatique, il a renoncé à l’indépendance et réclame une large «autonomie culturelle». S’il reste une des bêtes noires de la Chine, son autorité commence à être contestée par une jeune garde d’exilés radicaux et indépendantistes. Confronté au printemps dernier au plus grand mouvement tibétain en deux décennies, il a dû maintes fois menacer de quitter ses fonctions de «chef d’Etat» en exil, si la situation «évoluait hors de tout contrôle».

A posté une image

1990 – Mikhaïl Gorbatchev. Sept ans après avoir distingué le dissident et futur président polonais Lech Walesa, le comité norvégien honore le président de l’URSS pour son rôle dans la fin de la Guerre froide. Sous l’égide du père de la perestroïka, le rideau de fer s’ouvre et le mur de Berlin tombe en 1989 sans violence. Adulé par l’Occident, sa popularité s’effondre en Russie. En août 1991, il échappe de justesse à un coup d’Etat. Peu après plusieurs républiques de l’URSS proclament leur indépendance. Confronté à la montée en puissance d’Eltsine et à la dislocation de l’URSS, Gorbatchev démissionne le 25 décembre 1991. Il tente de revenir en politique lors de l’élection présidentielle de 1996 mais c’est un échec cuisant. Il ne recueille que 0,5% des suffrages.

A posté une image

1991 – Aung San Suu Kyi. L’opposante à la junte birmane est honorée pour son combat non violent pour la démocratie et les droits de l’homme. Fille du héros assassiné de l’indépendance birmane, le général Aung San, la dissidente a passé 14 de ses 20 dernières années assignée en résidence. C’est la seule lauréate à être privée de liberté. Alors que son assignation devait bientôt prendre fin, elle est de nouveau condamnée en août 2009 à 18 mois de résidence surveillée supplémentaires pour avoir, selon la junte, hébergé illégalement un Américain.

A posté une image

1993 – Nelson Mandela et Frederik de Klerk. Le leader du Congrès national africain, qui a passé 27 ans de sa vie dans les prisons d’Afrique du Sud, et le président afrikaner de l’époque sont récompensés pour avoir mis fin pacifiquement à l’apartheid. Nelson Mandela devient en 1994 le premier président noir d’Afrique du Sud. Dans les années 60, il était partisan de la lutte armée mais prône,dès sa libération en 1990, la réconciliation entre Blancs et Noirs. Mandela quitte le pouvoir en 1999 et fonde plusieurs ONG pour combattre les ravages du Sida et de la pauvreté. De son côté, Frederik de Klerk, dernier chef d’Etat de l’ère de l’Apartheid, devient de 1994 à 1996 un des co-présidents de Mandela, avant de se retirer progressivement de la vie politique.
Sur la photo, entre les deux hommes, on distingue Desmond Tutu. L’archevêque sud-africain, qui a mené campagne pour l’abolition de l’apartheid, a lui-même reçu le Nobel en 84.

A posté une image

1994 – Yasser Arafat [président de l’autorité palestinienne], Shimon Peres [ministre israélien des Affaires étrangères] et Yitzhak Rabin [premier ministre israélien]. Le Nobel récompense les signataires des accords de paix d’Oslo de 1993 pour le Proche-Orient. Le palmarès créé la polémique. Arafat, qui dirige l’Organisation de la libération de la Palestine, a approuvé le terrorisme jusqu’en 1988. Très vite l’espoir engendré par Oslo se brise. En 1995, Rabin est abattu par un étudiant sioniste extrémiste. Les obstacles au processus de paix ne cesseront dès lors de se multiplier. Arafat, impuissant à contrôler la seconde intifada, est lâché par Washington. Il meurt en 2004. Shimon Peres est lui devenu le président d’Israël en 2007 mais le processus de paix, au point mort, reste à relancer

A posté une image

2002 – Jimmy Carter. L’ex président américain (1976-1980) est honoré pour ses efforts en faveur d’une résolution pacifique des conflits. A la Maison-Blanche, le démocrate a joué un rôle clé dans la signature des accords de Camp David entre Israël et l’Egypte, en 1978. Président au bilan controversé, Jimmy Carter redore son blason après son départ du pouvoir. Ses dons de médiateur et sa fondation ont été sollicités pour des missions en Bosnie, au Soudan, en Corée du Nord, à Haïti. L’octogénaire, qui est un âpre défenseur des droits de l’homme, lutte aussi contre la famine et les maladies tropicales. Dernièrement Jimmy Carter a entrepris des discussions avec le mouvement palestinien du Hamas. C’est le troisième président américain à être nobélisé après Théodore Roosevelt en 1906 et Woodrow Wilson en 1919.

Voir l’article complet sur le Forum

forum

Forum TunisieChat Tunisien