L’acteur Sofiène Chaâri décédé suite à un arrêt cardiaque

L’acteur tunisien Sofiène Chaari est décédé dans la nuit du lundi à mardi 23 aout 2001, Il a succombé à une crise cardiaque, après avoir été transporté d’urgence à une clinique de la banlieue nord de Tunis, suite à un malaise.

Fils de l’acteur et producteur de cinéma Habib Chaari, Sofiane, ancien rugbyman, avait toujours vécu dans les milieux de la production cinématographique et télévisuelle. Réussissant son casting, il a fait rapidement tabac à la télévision, comme comédien, mais aussi producteur d’une émission enfantine « Sofiane Show ».

Il s’illustre particulièrement dans les rôles de Sboui (Choufli Hal) puis de Hassouna (Nsibti Laaziza).

Sofiène est une grande perte pour la télévision tunisienne…

Toutes nos condoléances à sa famille et à ces proches.

Filmographie de Sofiène Chaâri

Télévision

2003 : Chez Azaïez, rôle de Sadok
2004 : L’hôtel
2005-2009 : Choufli Hal, rôle de Sboui
2009-2010 : Sofiène show, animateur4
2010-2011 : Nsibti Laaziza, rôle de Hassouna

Théâtre

2005-2006 : Le Maréchal
2009 : Comidino5
2009-2010 : Saâdoun 286

source wikipedia

Kadhafi avait programmé un attentat à Tunis contre une ambassade

La Tunisie vient d’annoncer qu’un colonel libyen chargé par Kadhafi de commettre un attentat à Tunis, contre une ambassade arabe, s’est rendu, vendredi.

Cette tentative d’attentat a été déjouée la semaine dernière, annonce, lundi, le ministère de la Défense nationale au cours d’une conférence de presse.

Ce colonel libyen au nom de Abderrazak Rajhi a avoué aux autorités tunisiennes avoir reçu l’ordre d’exécuter cet attentat, il a ajouté que 16 kilos d’explosifs et des détonateurs avaient été saisis. Mais il n’a pas précisé quelle était l’ambassade visée.

La télévision d’état libyenne accuse régulièrement le Qatar et les Emirats arabes unis de « trahison » pour leur soutien à l’offensive rebelle contre le régime de Mouammar Kadhafi.

Kadhafi

Ce projet d’attentat a été commandité par les plus hautes instances militaires libyennes, donc par Mouammar Kadhafi. Il visait à faire dérailler la révolution tunisienne, a déclaré le colonel libyen Rajhi, qui participait a un point de presse.

Le Premier ministre tunisien, Béji Caïd Essebsi, a félicité lundi par téléphone les chefs de la rébellion libyenne pour ce qu’il a appelé une « victoire du peuple libyen. »

source: afp/tap/letelegramme

L’operation sirene pour isoler Kadhafi

Les rebelles ont lancé, samedi 20 aout, une opération baptisée «opération sirène» sur la capitale libyenne, Tripoli, pour isoler le colonel Mouammar Kadhafi et le faire chuter après six mois de guerre dans le pays.

Mouammar Kadhafi
Mouammar Kadhafi

Cette opération se déroule en coordination entre le CNT et les combattants rebelles dans et autour de Tripoli. L’OTAN est également impliquée dans l’opération », a précisé M. Jibril. « Nous estimons que cette opération devrait durer encore plusieurs jours jusqu’à ce que Kadhafi soit assiégé », a-t-il expliqué. « Nous prévoyons deux scénarios : qu’il se rende, ou qu’il s’échappe de la ville. Au cas où il exprime son souhait de quitter la Libye, nous accueillerons positivement cette proposition et nous l’accepterons », a enfin indiqué le porte-parole des rebelles. « L’heure H a sonné. Les rebelles se sont soulevés à Tripoli », a pour sa part déclaré Abdel Hafiz Ghoga, vice-président du CNT, tandis que Moustapha Abdeljalil, le président du CNT, affirmait dès samedi que la fin du colonel Kadhafi était « très proche ».

Ces déclarations interviennent alors que, sur le terrain, les combats se rapprochent de plus en plus de la capitale.  Un peu après 4 heures du matin  Tripoli a été secouée par quatre puissantes explosions. Des détonations ont été entendues depuis le centre de la capitale libyenne survolée par des avions, sans qu’il soit possible, de déterminer les cibles visés.

Plusieurs explosions et des échanges de tirs nourris ont également retenti dans la nuit de samedi à dimanche et plusieurs quartiers ont été le théâtre de violents affrontements entre des insurgés et des forces loyales au régime du colonel Mouammar Kadhafi.

Le président du CNT craint «une véritable boucherie»

«Je m’attends à une fin catastrophique pour lui et les siens. Je m’attends aussi à ce qu’il créé une situation d’anarchie dans Tripoli. J’espère que je me trompe», a-t-il ajouté appelant les habitants de la capitale à «protéger la vie et les biens de la population», mais également à «protéger les institutions et les biens publics».

Il a aussi appelé les combattants rebelles à ne pas piller et «à protéger et à traiter avec justice» les soldats du régime qui seront faits prisonniers ou se rendront. Interrogé sur la bataille de Tripoli par un quotidien panarabe, il avait reconnu, il y a quelques jours, craindre «une véritable boucherie au vu du comportement de de Kadhafi».

Kadhafi fustige les « agents de Sarkozy »

Le porte-parole du gouvernement libyen, Moussa Ibrahim, a confirmé des «petits affrontements» dans des quartiers comme Tajoura, Soug Jomaa ou Ben Achour, non loin du centre de la capitale. Mais il a assuré que les volontaires et les forces libyennes étaient venus à bout des insurgés qui s’étaient «inflitrés» dans la capitale et que des affrontements avaient eu lieu seulement pendant une demi-heure.

Mouammar Kadhafi est également intervenu dans un message sonore diffusé à la télévision pour se féliciter de l’échec de l’attaque des insurgés. « Ces rats ont été attaqués par la population cette nuit et nous les avons éliminés », a-t-il déclaré. Quant aux frappes aériennes opérées par l’OTAN, le dirigeant libyen en a minimisé la portée : « le bruit des feux d’artifice est plus fort que celui des bombes lancées par l’aviation ».

Le colonel Kadhafi a encore appelé ses fidèles à résister:

« Il faut mettre fin à cette mascarade. Vous devez marcher par millions pour libérer les villes détruites » par la rébellion, a-t-il déclaré, dénonçant l’aide de la France aux rebelles, considérés comme « des agents de Sarkozy qui veut prendre le pétrole libyen ». « Pour réussir dans les prochaines élections, Sarkozy va dire à son peuple : voilà je vous offre le pétrole libyen », a affirmé Kadhafi. « Mais le peuple libyen ne permettra pas à la France de prendre son pétrole ou de laisser la Libye aux traîtres », a-t-il dit.

La télévision d’Etat a montré dans la nuit de samedi à dimanche Saif al Islam, l’un des fils du dirigeant libyen, s’adressant à une assemblée de jeunes.

« La révolte en Libye va échouer. Nous ne nous rendrons jamais ni ne brandirons le drapeau blanc, c’est impossible. C’est notre pays et nous ne le quitterons jamais », a-t-il prévenu.

Saif al Islam
Saif al Islam

Grand Meeting du Pôle Démocratique Moderniste

Le Pôle Démocratique Moderniste organise un grand meeting au Palais des Sports d’El Menzah le samedi 20 août 2011 en présence du militant palestinien Nayef Hawatmeh : Secrétaire général du FDLP (Front Démocratique pour la Libération de Palestine) et d’autres invités de pays arabes.

Le meeting ramadanesque sera l’occasion de rassembler les militants et sympathisants du pôle autour d’un programme riche en interventions politiques et musicales.
Ce meeting s’inscrit dans le cadre de la solidarité des composantes du Pôle avec les révolutions des peuples arabes, les révolutions de la liberté et de la dignité, et avec le peuple palestinien dans sa lutte pour la libération et son droit à l’auto-détermination.

Le Pôle Démocratique Moderniste a été créé à la suite d’initiatives citoyennes indépendantes pour la mise en place d’un front élargi pour mettre en œuvre un certain nombre de valeurs et de principes qui sont l’expression d’un projet sociétal démocratique et moderniste qui jette les bases d’une Tunisie nouvelle, tout en préservant ses acquis et les valeurs de sa civilisation séculaire.

Un groupe de partis et de personnalités indépendantes ont répondu à l’appel qui a débouché sur l’émergence du Pôle.

Le Pôle Démocratique Moderniste regroupe les partis et initiatives citoyennes suivants :

  • Mouvement Ettajdid
  • Le Parti Socialiste de Gauche
  • Alwifak Al Joumhouri
  • La Voie du Centre
  • Mouvement de la Citoyenneté et de la Justice
  • Appel pour un pôle démocratique culturel
  • Assez de divisions, Allons de l’avant
  • L’Initiative Citoyenne
  • Le Collectif National des Indépendants du PDM
  • La Ligue des indépendants progressistes
  • Pole Democratique Moderniste

    Nayef Hawatmeh en bref :
    Un homme politique jordanien, il est le secrétaire général du mouvement marxiste FDLP, créé en 1969. Nayef Hawatmeh a suivi ses études en Jordanie avant d’aller au Caire pour arriver par la suite à l’université de Beirut où il a étudié la philosophie pour obtenir le doctorat à Moscou.

    Il a adhéré au Mouvement nationaliste arabe. Il a crée le Front Démocratique Pour la libération de Palestine en 22 février 1969, à la suite d’une scission avec le Front Populaire pour la Libération de Palestine dont il était également l’un des fondateurs.
    Il a été le premier dirigeant palestinien à soutenir l’établissement d’un État palestinien aux côtés de l’État israélien. Il appelle à une solution basée sur les résolutions de l’ONU ainsi que des négociations avec Israël pour parvenir à une paix juste et globale garantissant le droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant avec sa capitale à Jérusalem, et à résoudre le problème des réfugiés.

    Tunisie : ouverture du procès Ben Ali #zabatrial

    La Tunisie juge, par contumace, son ex-président Zine El-Abidine Ben Ali à partir du lundi 20 juin. Devant un tribunal de première instance de Tunis s’ouvre la première d’une série d’actions en justice intentées contre l’ancien homme fort de la Tunisie, son épouse Leïla Trabelsi et son entourage. Le couple est poursuivis pour «détournement de fonds publics», «transfert illicite de devises étrangères», «trafic et détention de stupéfiants à des fins de consommation» et «détention d’armes et de munitions», suite à la découverte de sommes très importantes en argent et en bijoux, ainsi que d’armes et de stupéfiants dans deux de leur palais de Carthage..

    Ben Ali
    Ben Ali

    La défense de l’ex-dirigeant a toutefois l’intention de demander un report afin de préparer au mieux le procès, a indiqué dimanche un des avocats commis d’office de Ben Ali.

    Depuis sa fuite en Arabie saoudite, le 14 janvier, après un mois d’une révolte populaire durement réprimée, M. Ben Ali est resté très discret, les saoudiens ayant refusés d’extrader Ben Ali, ils le tiennent au silence dans sa maison à Abha, 400 km au sud de Jeddah.

    Cependant, à la veille du procès, celui qui est resté vingt-trois ans à la tête de la Tunisie a tenu à faire connaître son point de vue. S’exprimant par la voix de ses avocats, l’ex-dirigeant a rejeté les charges retenues contre lui. Il a dit travailler à mettre au point une défense concernant sa pratique du pouvoir, que de nombreux Tunisiens jugent autocratique, corrompue et non respectueuse des droits de l’homme.

    Ce procès n’est que le début d’un long processus, dont la durée demeure indéterminée. Les autorités ont annoncé que 93 chefs d’accusation ont été retenus contre l’ex-président et certains de ses proches. Trente-cinq d’entre eux seront déférés devant la justice militaire, avec des accusations pour homicides volontaires et torture, passibles de la peine de mort.

    Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour blanchiment contre M. Ben Ali afin d’identifier et de geler ses biens en France.

    Pour suivre le proces sur Twitter, suivez le hashtag #ZABATrial

    Des photos en direct du procès par tunisia_live