Matmata le village troglodyte

Matmata est un village troglodyte qui se trouve à 40 kilomètres au sud-ouest de Gabès, accroché à flanc de montagne, à 600 mètres d’altitude, et c’est un village renommé pour ses remarquables habitations troglodytiques qui en font l’un des hauts lieux du tourisme tunisien, les monts de Matmata dominent la vaste plaine de la « Djeffara ».

Les anciens habitants de Matmata qui est le nom d’une tribu berbère originaire du Maroc, ont su s’adapter au climat soumis à de très fortes températures avec cet aménagement particulier de l’habitat troglodytique permettant de faire pénétrer la lumière dans les pièces souterraines tout en y maintenant de la fraîcheur, ils ont su adapter également leur économie agricole en cultivant des oliviers et des figuiers en montagne, des palmiers-dattiers sur des terrasses plus basses, des cultures céréalières qui se font sous les arbres et dans des cuvettes limoneuses du piémont, où s’étalent les crues des oueds.

A Matmata on trouve plusieurs hôtels, dont L’hôtel Sidi Driss qui a servi de décor au célèbre film « La guerre des étoiles » de George Lucas, une ambiance spatiale et très amusante.

Plus d’infos sur matmata

Matmata

Matmata un lieux a découvrir lors de vos vacances dans le sud Tunisien.

Matmata est un site surprenant ou l’essentiel de l’habitat est enfoui sous terre, creusé dans des roches tendres ce qui permettait d’augmenter les pièces au fur et à mesure que la famille s’agrandissait. Le site parsemé ça et là de minuscules touffes de palmiers et de quelques bâtiments construits en dur, troué d’excavations habitées, a un aspect lunaire.

C’est Matmata où, selon un proverbe, « les vivants vivent sous les morts ». Par un tunnel, on accède à une cour en forme de puits circulaire, sur laquelle ouvrent les dépendances et, sur un ou deux niveaux, les chambres creusées latéralement.

La maison matmatienne est creusée en profondeur : les pièces sont isothermes, chaudes en hiver et fraîches l’ été. Le mobilier traditionnel est constitué de sculptures en plâtre montées sur des hampes de palme.

Dans ces intérieurs feutrés, les femmes passent des heures devant leur métier à tisser vertical d’apparence rudimentaire, mais elles excellent dans le tissage de splendides drapé et de châles de laine teints, ou tissés de motifs géométriques.