Les portes tunisiennes

En bois naturel, rouges, vertes, jaunes mais surtout bleues, les magnifiques portes des maisons tunisiennes sont présentes partout en Tunisie avec leurs deux vantaux sous une voûte arrondie qui est parfois soutenue par des colonnes ouvragées. Elles ne peuvent laisser indifférent avec leur décoration faite de signes et de symboles. Les clous sont assemblés pour former des motifs géométriques ou « porte bonheur », tel le poisson ou la main de Fatma très souvent présents et restent le plus joli décors des rues Tunisiennes.

porte-tunisienneCe n’est pas un hasard si la porte d’entrée est traditionnellement basse, cela oblige l’invité à s’incliner et marquer ainsi son respect pour les lieux et les occupants. La coutume veut également que les portes aient trois anneaux de fer, utilisés comme « sonnette », elles permettent selon la tonalité émise de savoir qui se présente à l’entrée et par là même qui peut ainsi accueillir le visiteur.

En effet la poignée en haut à gauche destinée aux invités, aux amis ou à la famille, celle en haut à droite, est réservée au maître de maison, et enfin, la petite poignée en bas à droite est celle des enfants et de la femme
Elles nous révèlent leur mystère comme une frontières entre l’intérieur et l’extérieur, comme une ouverture vers un ailleurs,un monde meilleur, qui pourrait bien être celui que nous promet « La Porte du Paradis », porte de l’espoir en une vie éternelle.

porte-tunisienne-2porte-tunisienne-3

Sidi Bou Said

Situé à quelques kilomètres de Tunis, le village de Sidi Bou Saïd fut érigée au XIIIè siècle en hommage à Abdou Saïd, saint homme qui s’était retiré à cet endroit. Village pittoresque à souhait, Sidi Bou Saïd offre l’exemple d’une synthèse parfaite d’architectures arabe et andalouse qui lui valu d’être le séjour de peintres et d ‘écrivains tels que Colette, Flaubert et Simone de Beauvoir. Aujourd’hui, Sidi Bou Said attire les touristes qui aiment à se perdre dans ses ruelles étroites et tortueuses qui gravissent la colline dans une alchimie magique de couleurs et de parfums.

Sidi Bou Said
Sidi Bou Said

Les couleurs : rien d’autre que le blanc aveuglant des murs et le célèbre bleu des portes et des fenêtres des maison traditionnelles qui, à l’étage portent en saillie des balcons clos en bois sculpté à jour : les moucharabieh qui permettaient aux femmes de voir sans être vues.

Les parfums : le jasmin qui fin mai commence à embaumer l’air des ruelles où triomphent les bougainvilliers qui incendient les murs de leurs cascades flamboyantes.

Personne ne quitte le village sans s’être assis à la table de l’un de ses incontournables cafés Tunisiens : le café des Nattes, si souvent immortalisé en peinture et en photos et le café Sidi Chébaâne d’ou l’on profite, en terrasse, d’une vue imprenable sur le golf de Tunis.

Le café des Nattes

Café Sidi-Bou-Said

Découvrez des informations sur les hotels et restaurants de Sidi Bou Said sur le forum Tunisie

Les tapis de Kairouan

Les princes aghlabides, au IX ème siècle, en versant au trésor de Bagdad une partie de leur redevance annuelle en tapis, témoignent de la renommée des tapis tunisiens. Mais c’est l’introduction, au XIX ème siècle, de la technique du point noué, ou nœud de Gördes, qui donna au tapis de Kairouan une nouvelle impulsion. Le nœud dit de « Gördes » est le point de base du tapis de kairouan. Passé entre deux files de chaîne, le brin de laine les contourne l’un après l’autre, puis ressort sous la boucle ainsi formée. Le nœud est alors serré et le fil coupé à la longueur désirée. Deux ou trois rangs de fils de trame tissés séparent chaque rang de points noués.

Selon la tradition, Kemla, fille du gouverneur turc de la ville, aurait appris aux femmes de Kairouan à employer ce point sur leurs métiers verticaux. Copie supposée des premières créations de Kemla, le Kairouan classique révèle des inspirations orientales tant dans son décor que dans ses couleurs, aux dominantes rouges, bleues et vertes. Le Kairouan classique est composé de bandes d’encadrement qui délimitent un rectangle occupé par un médaillon central de forme hexagonale. Aujourd‘hui, motifs et couleurs varient à l’infini.

Découvrez d’autres articles sur l’artisanat Tunisien dans le forum arts tunisiens



Les bijoux tunisiens

Tributaires d’un savoir faire qui remonte au monde antique, les bijoux Tunisiens ont intégré les influences orientales, turques et européennes, d’une société cosmopolite, ouverte à la fois sur les bassins oriental et occidental de la méditerranée et sur l’Europe.

Protection symbolique ordonnée autours de motifs que l’on trouve déjà sur les stèles puniques et les mosaïques romaines, les bijoux sont aussi une protection économique. Offerts par les parents et le fiancé qui, pour rendre le mariage licite, donnaient le maht, dot (somme d’argent ou objets de prix). C’est au poids surtout que l’on estime la valeur du bijoux tunisien et ils seront conservés par les femmes en cas de séparation ou divorce. Les femmes les portaient autour de la tête, des poignets, des chevilles et du buste. Aujourd’hui le compte épargne tend à remplacer cette thésaurisation active.

Les colliers féminins s’articulent souvent autour du chiffre 5, symbolique, à valeur prophylactique. D’autres motifs : main, poisson, corne, confèrent une valeur de protection au bijou, porté aussi comme porte bonheur.

Bijoux tunisiens
Bijoux tunisiens
Main de fatma
Main de Fatma

Carthage en Tunisie

Carthage est un lien incontournable a visiter lors de votre séjour en Tunisie, située dans la banlieue de Tunis, Carthage est une ancienne cité très connu et qui fait partie du patrimoine de la Tunisie.

Découvrez l’article de Carthage sur le Forum Voyage et vacances.

Cliquez sur les images pour acceder au sujet sur la cité de Carthage.

MOSAIQUE DULYSSE A CARTHAGE
MOSAIQUE D'ULYSSE A CARTHAGE