Moncef BEY, "le souverain martyr"

A posté une image

19 juin 1942-15 mai 1943: le règne de Moncef Bey, aura duré 11 mois dont près de 7 mois marqués par une campagne militaire qui a transformé la totalité du territoire national en un gigantesque champ de bataille où Alliés et forces germano-italiennes placés sous l’autorité de chefs militaires prestigieux comme Eisenhower, Bradlee, Patton, Montgomery ou Rommel se livrèrent quelques unes des batailles les plus importantes de la 2ème Guerre Mondiale.

Les témoins de cette époque comme Sadok Zmerli, premier interprète et chef du protocole de Moncef Bey et auteur de « Espoirs et Déceptions en Tunisie 1942-43 », aujourd’hui épuisé, ainsi que le Professeur Said Mestiri à qui on doit également une biographie de ce souverain nous ont décrit le combat courageux d’un grand patriote, bien entouré il est vrai de conseillers habiles pour faire respecter la souveraineté du pays, malgré les convoitises des pays de l’axe et surtout de l’Italie et l’arrogance du représentant de Vichy, l’Amiral Esteva. Peine perdue. Dans un pays ravagé par la guerre, l’autorité du Bey se réduisait à Tunis et sa banlieue. Cultivé, proche des nationalistes, Moncef Bey avait tout pour être un grand roi. Pour son malheur, il est arrivé sur le trône au mauvais moment. Bien que son attitude fût irréprochable pendant la guerre, il fut déposé par le Général Juin, qui trouvait là une occasion en or pour débarrasser la France d’un souverain incommode et qui, au surplus, ne faisait pas mystère de ses sentiments nationalistes, quelques jours à peine après la fin de la bataille de Tunisie. Déposé le 15 mai 1943 et exilé dans le sud algérien puis à Pau dans le sud de la France, il mourra en 1948 sans avoir jamais revu sa patrie. Il restera dans l’histoire comme « le Souverain martyr », qui était resté proche de son peuple pendant toute la période qu’aura duré son règne, s’efforçant d’alléger ses souffrances et de lui remonter le moral à un moment crucial de son histoire.

On a longtemps péroré sur le point de savoir si la dynastie husseinite aurait pu échapper au sort qu’elle avait connu le 25 juillet 1957 si le règne de Moncef BEY s’était prolongé au delà de la proclamation de l’indépendance. Certainement pas car le ver était déjà dans le fruit. D’ailleurs, ne prêtait-on pas à ce Bey, l’intention d’abolir lui-même la monarchie et de proclamer la république. Le 25 juillet 1957, cela faisait quatre vingt ans que le Bey n’exerçait plus la réalité du pouvoir. il aurait fallu plus qu’un épisode de 11 mois pour ressusciter une monarchie anachronique.

www.leaders.com.tn

suite

Repondre a ce sujet sur le Forum Tunisie

Tunisie-Tourisme: MIT, salon du tourisme, des voyages et des loisirs

A posté une image

La 16ème édition du salon du Marché méditerranéen international du tourisme (MIT) se tiendra du 20 au 22 mai 2010. Deux nouveaux pays étrangers participent pour la première fois à cette manifestation en l’occurrence l’Indonésie et la Malaisie.

Une édition marquée par une forte présence d’opérateurs internationaux et de chaînes hôtelières tels, l’Egypte, la Turquie, la Syrie, le Yémen, le Liban, l’Algérie et l’Afrique du Sud qui seront comme d’habitude présentes avec une offre enrichie. Le gouvernorat de Médenine sera présent lors de cette édition en tant qu’exposant d’honneur.

120 exposants représentant 350 marques

Le MIT se tient au coeur de la Méditerranée: en Tunisie, le pays qui, depuis Carthage et les Phéniciens, a été toujours un carrefour de civilisations et qui s’affirme comme un pôle touristique d’avenir, une capitale du tourisme international.

Il est le salon de toutes les composantes touristiques: hôtellerie et restauration, tour-opérateurs et agences de voyages, transports aérien, maritime et terrestre, location de voitures et centres de loisirs et d’animation.

Il est, aussi, le salon des tous les produits touristiques: balnéaire, saharien, rural, agricole et de montagne, écologique, sportif, actif, social et associatif, culturel, d’affaires, de congr¨s et d’inventives, de bien-être et de santé, de plein air: golf, plaisance, chasse, plongée et activités nautiques. Il est ouvert aux équipements et services hôteliers et para-touristiques, aux technologies de l’information et de la communication.

Promouvoir le tourisme des jeunes

La nouvelle édition du MIT sera tenue sous le signe du tourisme des jeunes, vu que 2010 est décrétée par l’ONU (à l’initiative de la Tunisie), Année Mondiale de la Jeunesse.

Comme chaque édition, le salon a pour vocation de promouvoir le tourisme tunisien.
Il constitue la vitrine de la Tunisie touristique et le lieu de rencontre de tous les professionnels. Il s’est assigné comme objectifs primordiaux: de mettre en valeur nos produits et de consolider les échanges avec nos partenaires maghrébins et européens.

Ce salon constitue, également, un lieu d’échanges privilégié. Véritable vitrine du secteur, il regroupe comme chaque année un ensemble d’acteurs de ce marché, faisant de ce rendez-vous un carrefour nécessaire à la profession pour répondre aux problématiques auxquelles elle est confrontée.

A ce titre, l’organisation de cette édition est guidée par la volonté d’être à l’écoute des nouvelles tendances, avec un objectif clairement identifié: promouvoir les intérêts de la profession.

Fort de ses 15.000 visiteurs attendus, réunis autour de plusieurs exposants et marques, MIT 2010 s’affirme comme l’évènement majeur de l’industrie, avec les transporteurs, les tour-opérateurs, l’hôtellerie, les destinations, l’ensemble des sociétés de services et de technologies.
Rappelons que le MIT a pour vocation de promouvoir le tourisme tunisien avec notamment la collaboration de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyage.

Cette année, l’accent sera mis sur les réservations par Internet en B2C et sur le tourisme des jeunes (2010, l’Année mondiale de la jeunesse); en sus d’une nouveauté: la Société Tunisienne de Banque (STB) réitère sa participation et la Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises (BFPME) y viendra pour la première fois.

Espace Manager

suite

Repondre a ce sujet sur le Forum Tunisie

Festival de Festival Cannes: Hors-la-loi déjà sous le feu des critiques

POLEMIQUE – Signé Rachid Bouchareb, ce film retraçant un pan tumultueux de l’histoire algérienne – des années 30 à l’indépendance – défraye déjà la chronique politique et intellectuelle. Une nouvelle illustration de la difficulté d’évoquer le passé colonial français dans les oeuvres…

Le festival de Cannes tient sa première polémique. Hors-la-loi, le film de Rachid Bouchareb évoquant en partie la Guerre d’Algérie, n’a jamais été projeté mais sa pub est déjà assurée. Lionnel Luca, député UMP des Alpes-Maritimes, l’a accusé de «falsifier» l’histoire, de «manichéisme» et de «négationnisme» alors même qu’il n’a pas vu le long-métrage représentant l’Algérie lors du Festival de cinéma. Il se fonde sur un bref rapport rédigé par le service historique du ministère de la Défense, sur la base du scénario du film. Cette sortie de l’élu lui a valu de remporter ce vendredi le «prix de la bêtise», remis à l’unanimité par la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques.

Des associations représentant des harkis, des anciens combattants et des pieds-noirs, ont également critiqué le film. André Mayet, un élu non encarté de la majorité UMP de Cannes, et président de la Maison des rapatriés de la ville, a même appelé le préfet à «interdire» la projection du film, faisant valoir les risques de troubles à l’ordre public. Une cérémonie en mémoire de «toutes les victimes de la guerre d’Algérie» sera organisée à Cannes, en présence du sous-préfet, le 21 mai, jour de projet d’Hors-la-loi. Une «campagne» dénoncée par une douzaine d’intellectuels dans une tribune publiée par Le Monde cette semaine, «symptôme du retour en force de la bonne conscience coloniale dans certains secteurs de la société française, avec la complicité des gouvernants».


«Une blessure»

Tant bien que mal, Thierry Frémaux a tenté de désamorcer la polémique. «Je sais bien que Cannes est une telle chambre d’écho que la tentation est grande de l’instrumentaliser pour s’y faire entendre, mais il est temps (…) d’apaiser les discussions et d’attendre, pour les reprendre, que les films « incriminés » soient vus», a-t-il réclamé ce vendredi. Un peu plus tôt dans la semaine, il avait expliqué que «l’art ne se résume pas à échanger des mots d’amour, il contribue aussi à visiter la grande et les petites histoires. Cannes est là pour servir le cinéma et accueillir les débats qui vont avec».

En l’occurrence, Thierry Frémaux devrait être servi par cette polémique pas si étonnante, d’après l’historien Benjamin Stora, spécialiste de la guerre d’Algérie. «Le refus d’assumer la guerre d’Algérie est très mal vécu par une part importante de la société française aujourd’hui: il faut donc l’affronter», estime-t-il ce vendredi dans un entretien à l’AFP. Dans La gangrène et l’oubli, publié en 1991, il jugeait que cette guerre était loin d’être finie «dans les têtes et dans les cœurs», faute d’avoir été «suffisamment nommée, montrée, assumée dans et par une mémoire collective». «C’est là tout le problème du regard sur ce passé colonial, la difficulté de faire un travail de deuil sur la perte de l’Algérie française, qui reste une blessure dans l’histoire du nationalisme français», poursuit-il.

En 2006, un autre film de Rachid Bouchareb, Indigènes, qui évoquait le sort des soldats algériens, marocains et tunisiens durant la Seconde Guerre mondiale, avait déjà suscité une large controverse sur le passé colonial de la France. Présenté à Cannes également, ses quatre acteurs principaux avaient raflé le prix d’interprétation. Le chemin à suivre pour Hors-la-loi?

20minutes.fr

le 13 mai Rachid bouchareb appelle au calme :Rachid Bouchareb a réagi pour la première fois à la polémique qui entoure son film « Hors-la-loi ». Dans une déclaration envoyée, jeudi 13 mai, au festival de Cannes, le réalisateur franco-algérien appelle au calme. « Depuis trois semaines, une polémique précède la présentation à Cannes de mon film Hors-la-loi, alors que ceux qui participent à cette polémique n’ont pas vu le film », écrit le cinéaste dont le film, qui représente l’Algérie au festival, sera projeté en compétition le 21 mai à Cannes.

« Devant de telles passions et dans un souci d’apaisement, il m’apparaît important de rappeler deux choses », poursuit-il. « Hors-la-loi est un film de fiction, une saga qui raconte l’histoire de trois frères algériens et de leur mère sur une période de plus de trente-cinq ans, du milieu des années trente à l’indépendance de l’Algérie en 1962 », précise Rachid Bouchareb. « Il faut qu’il soit possible que le cinéma aborde tous les sujets », poursuit le réalisateur. Se défendant de vouloir faire œuvre d’historien, il poursuit : « je le fais en cinéaste, avec ma sensibilité, sans obliger quiconque à la partager. Après les projections, il sera temps que le débat public se déroule ». « Attaché comme je le suis à la liberté d’expression, il me paraît normal que certains puissent être en désaccord avec mon film, mais je souhaite que ce désaccord s’exprime dans un cadre pacifique et dans la sérénité du débat d’idées », affirme encore Rachid Bouchareb. « Pour le monde entier, la France est une terre de liberté et je suis particulièrement fier d’y montrer mon film, dans le plus prestigieux des festivals. Je souhaite que cette projection se fasse dans le respect mutuel et dans un climat serein », conclut-il.

tsa-algerie.com

suite

Repondre a ce sujet sur le Forum Tunisie

Foire internationale du livre de Tunis

La 28ème session de la Foire internationale du livre de Tunis se déroulera du 23 avril au 2 mai 2010, au parc des expositions du Kram.

Avec la participation de plus de 30 pays et 323 exposants qui représentent des maisons d’édition spécialisées dans les divers champs de la création et de la connaissance, la foire du livre de Tunis est considérée comme l’une des plus importantes manifestations culturelles du pays.

Parmi les invités, on cite l’écrivain chinois Liu Xil Jilanj, le romancier égyptien Youssef Zeidane, auteur du roman  »Azazil » qui avait suscité la polémique en Egypte et dans le monde arabe, l’Algérienne Ahlem Mostaghanmi qui vient de publier deux livres:  »Nesyane.Com » (Oubli.com), et  »Qouloubouna maâhom, wa qanabilohom aleyna » (Nos cœurs sont avec eux, et leurs bombes, sur nos têtes). Le Français Jean Rouaud, prix Goncourt 1990, et le syrien Farouk Mardam-Bey, directeur de la collection Sindbad chez Actes Sud, et Olivier Barrau, producteur à TV5, figurent également au nombre des invités.

Quant au programme de la manifestation, il comporte un colloque international intitulé ‘L’universel et le local dans la pensée et la création », une journée d’étude sur  »Le livre dans les médias », une table ronde ayant pour thème  »L’édition et la diversité culturelle », une rencontre sur  »La création dans la langue de l’Autre à et l’Autre dans notre langue » en collaboration avec le Centre national de traduction, outre un colloque sur la nouvelle, en collaboration avec l’Union des écrivains tunisiens.

www.nsens.tn

suite

Repondre a ce sujet sur le Forum Tunisie

Informations sur la Tunisie

A posté une image

LE DRAPEAU TUNISIEN

Le drapeau tunisien a été hissé pour la première fois en 1837 durant le règne de Ahmed Bey. Le fond rouge représente le sang des martyrs. Le blanc symbolise la paix alors que le croissant représente l’unité des musulmans et les branches de l’étoile les cinq piliers de l’islam

A posté une image

LES FRONTIÈRES

Avec une superficie de 163 610 km2 la Tunisie partage 965 kilomètres de frontière avec l’Algérie à l’ouest et 459 kilomètres de frontière avec la Libye au sud. Ouverte sur la Méditerrannée à l’est elle dispose de 1148 km de côtes.

LE CLIMAT

Le climat est de type méditerrannéen, doux et tempéré. Au printemps la verdure est éclatante. L’été est relativement chaud. Les températures peuvent atteindre 45°. L’hiver est tempéré. Malgré des pluies abondantes entre octobre et avril le ciel est rarement gris. La température de l’eau varie selon les saisons entre 16 et 25°C.

A posté une image

JOURS FÉRIÉS

  • 1er – janvier Jour de l’an grégorien
  • 20 mars – Fête de l’Indépendance
  • 21 mars – Fête de la Jeunesse
  • 9 avril – Fête des Martyrs
  • 1er mai – Fête du travail
  • 25 juillet – Fête de la République
  • 13 août – Fête de la Femme
  • 7 novembre – Fête du changement

FÊTES MUSULMANES

  • Mouled – Naissance du prophète
  • Aïd el Fitr – Fin du mois de ramadan
  • Aïd el Idha – Commémoration du sacrifice d’Abraham
  • Ras el Am – Jour de l’an musulman

GOUVERNORATS

La Tunisie est divisée en 24 gouvernorats. Les gouverneurs sont nommés directement par le président de la République. Les gouverneurs sont responsables de l’activité administrative locale.

à suivre …

suite

Repondre a ce sujet sur le Forum Tunisie