Tunisie : la parole voilée des femmes

tunisienneTunisie : la parole voilée des femmes ( Emission C dans l’air / France 5 )

Elles étaient dans la rue pour faire chuter le président Ben Ali. Aujourd’hui, quelques mois seulement après l’arrivée au pouvoir du parti islamiste Ennahda, les Tunisiennes se mobilisent pour la défense de leurs droits et appellent à la démission de plusieurs membres du gouvernement.

En cause, l’adoption, le 1er août 2012, par la commission droits et libertés de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), de l’article 28. Ce texte stipule que « l’Etat assure la protection des droits de la femme, de ses acquis, sous le principe de complémentarité avec l’homme, au sein de la famille ».

Deux désignations- « complémentarité » et « au sein de la famille » – qui ont provoqué la colère des citoyennes et citoyens tunisiens, des militants des Droits de l’homme ou encore des représentants de la classe politique. Depuis, sur les réseaux sociaux, dans la presse ou la rue, femmes et hommes dénoncent la « régression » engagée par cette commission, majoritairement constituée de membres d’Ennahda.

Ainsi, le 13 août dernier, date anniversaire de la promulgation du Code du statut personnel, un ensemble de lois instaurant l’égalité des sexes dans plusieurs domaines, des milliers de personnes se sont rassemblés à Tunis pour demander le retrait dans la Constitution de ce projet d’article. Et le lendemain, c’est dans la région de Sidi Bouzid, berceau de la révolution de jasmin, que 2 000 opposants au gouvernement ont manifesté à l’occasion d’une grève générale très suivie.

Confronté à une vague de contestation croissante sur plusieurs fronts, le parti islamiste a démenti vouloir s’en prendre aux droits de la femme et estimé que les reproches qui lui sont adressés sont le résultat « de confusion, voire même de provocation et d’exagération ». Le rapporteur de la nouvelle Constitution a lui annoncé que la date d’adoption, fixée par le gouvernement au 23 octobre, pourrait être repoussée à avril 2013, ce qui pourrait amplifier l’incertitude politique qui règne dans le pays.

invités : Souhayr Belhassen – Jean-Yves Moisseron – Mathieu Guidère – Antoine Basbous

Source: France 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *