Les tapis de Kairouan

janvier 31, 2009 par  
Classé dans Artisanat

Les princes aghlabides, au IX ème siècle, en versant au trésor de Bagdad une partie de leur redevance annuelle en tapis, témoignent de la renommée des tapis tunisiens. Mais c’est l’introduction, au XIX ème siècle, de la technique du point noué, ou nœud de Gördes, qui donna au tapis de Kairouan une nouvelle impulsion. Le nœud dit de « Gördes » est le point de base du tapis de kairouan. Passé entre deux files de chaîne, le brin de laine les contourne l’un après l’autre, puis ressort sous la boucle ainsi formée. Le nœud est alors serré et le fil coupé à la longueur désirée. Deux ou trois rangs de fils de trame tissés séparent chaque rang de points noués.

Selon la tradition, Kemla, fille du gouverneur turc de la ville, aurait appris aux femmes de Kairouan à employer ce point sur leurs métiers verticaux. Copie supposée des premières créations de Kemla, le Kairouan classique révèle des inspirations orientales tant dans son décor que dans ses couleurs, aux dominantes rouges, bleues et vertes. Le Kairouan classique est composé de bandes d’encadrement qui délimitent un rectangle occupé par un médaillon central de forme hexagonale. Aujourd‘hui, motifs et couleurs varient à l’infini.

Découvrez d’autres articles sur l’artisanat Tunisien dans le forum arts tunisiens



  • tunisie

Les commentaires sont clos

Forum - Billet d'avion - A propos - Hotel - Votre destination :