Tambours Japonais

La municipalité de Tunis et l’ambassade du Japon ont proposé le 24 février dernier , en collaboration avec le Comité culturel national, un spectacle du groupe de tambours japonais avec flûte et luth asiatiques.

J’ai assisté à ce spectacle avec un groupe d’amis, c’était un vrai régal, une superbe soirée ! Un genre musical que je ne connais pas avant et que j’ai découvert à cette soirée là. Avant de partager avec vous les vidéos que j’ai prises, voici une description du groupe japonais !

Les musiciens qui ont animé cette soirée sont des virtuoses super connus dans leur pays et dans le monde. Il s’agit de Ryutaro Kaneko (percussionniste), Yasukazu Kano (joueur de flûte de bambou) et Haruhiko Saga (chanteur, joueur de morinkhuur, luth mongol).

En 1987, Ryutaro Kaneko intègre le Kodo, groupe de tambours japonais basé alors sur l’île de Sado, Niigata. Figure centrale du Kodo, il se produit dans 32 pays à travers le monde et compose et arrange des chansons. Il réalise également ses spectacles en solo ou en collaboration.
En effet, son spectacle vient enrichir l’image traditionnelle de force et de puissance qu’exprime le tambour japonais, en ajoutant la délicatesse et la richesse de divers types de rythmes et de sons. Il collabore avec de nombreux artistes de différents genres de musique, tels que le jazz, le rock, la world music, la danse et la musique traditionnelle japonaise.
En 2001, il fonde son propre groupe l’Aguri et crée une nouvelle musique avec l’EPO (voix) et Haruhiko Saga. Il contribue ainsi à l’innovation de l’ensemble de tambours japonais, en jonglant avec plusieurs types d’instruments de percussions japonais.

Il est à noter que Kaneko a créé non seulement son propre style de musique, mais il a également réussi à concevoir un instrument musical, cappa, petites cymbales japonaises.
Lors de ses ateliers de musique, les participants apprennent non seulement la technique, mais découvrent également un certain changement surprenant de leur son par l’approche de leurs corps et esprit. Ses ateliers sont mondialement convoités par le public, en général, et les groupes de tambours, en particulier, et attirent l’attention des musiciens professionnels, des danseurs, des acteurs et des professeurs de musique.
Depuis 2007, il est indépendant et continue à se produire dans le monde entier. Aguri signifie, en japonais classique, la conception de notre place dans l’univers et l’acceptation de ce fait pas l’être humain.
Né à Tokyo en 1963, Kano rejoint en 1987 le groupe de tambours japonais. Depuis, il donne des spectacles dans plus d’un millier de théâtres. Après avoir quitté le Kodo en 1997, il travaille sur de nombreux projets indépendants.
Résidant à l’île de Sado, Kano compose une musique avec la flûte de bambou naturel japonais, accompagnée par le piano et d’autres instruments de musique. Ayant foi en la world music, il dirige plusieurs ensembles et fait naître de nouveaux horizons phoniques. Il mélange le traditionnel au moderne, en passant de la musique japonaise à l’improvisation jazz, aux rythmes africains et à la musique classique afin de créer des compositions originales et vibrantes.

Les activités de Saga varient du style traditionnel au moderne avec la pop music, la musique classique, la musique classique japonaise et le butoh.
Il intègre non seulement des performances scénographiques de la Mongolie d’aujourd’hui, mais également le style de musique et de technique nomades du morinkhuur.

Voici deux vidéos de la soirée du 24 février dernier ;)

suite

Repondre a ce sujet sur le Forum Tunisie